Sira
Vie du Prophète Muhammad (saw)
 

7- La première Révélation

C’est à l’âge de quarante ans que Muhammad (saw) fut choisi par Allah pour remplir sa mission prophétique. Après la restauration de la Kaaba et la mise en place de Hajar-Al-Aswad on pouvait constater chez lui une plus forte tendance à s’interroger sur Allah et à s’enquérir de la manière de le croire et de lui vouer un culte.Muhammad (saw) qui ne manifestait aucun intérêt pour les idoles des Mecquois et des autres tribus arabes, était par son raisonnement et ses sens parvenu à la conclusion de l’inutilité et l’insignifiance d’adorer les idoles. Peut-être pensait-il comme les rares Hanifs qui persévéraient dans la religion monothéiste d’Abraham (as). Cependant, affecté par l’angoisse de l’incertitude à ne pas savoir quoi et comment, il commença à apprécier la retraite spirituelle et à partir de quelques années avant la révélation il entama, chaque mois de Ramadan, à l’instar de son grand-père Abd al-Muttalib et de certains Qurayshites, une vie de retraite dans la grotte du mont Hira. Lorsque ses vivres s’épuisaient, il descendait en ville, aidait les pauvres, effectuait quelques circumambulations de la Kaaba et, s’approvisionnant en nourriture à la maison, retournait à la grotte. De temps à autres, il se faisait accompagner de Khadija (r.a). D’après Aïcha (r.a), pendant cette période le Messager d’Allah (saw) commençait à faire des « rêves véridiques », lesquels se réalisèrent avec exactitude tout au long de ce processus qui dura six mois. Par ailleurs, les sources indiquent que pendant cette période, le Prophète (saw) entendait des voix qui lui soufflaient « Assalamou alayka ya Rasoulallah » (Que la paix soit avec toi au Messager d’Allah) et lorsqu’il se tournait, il s’étonnait de n’apercevoir personne ; il se trouve aussi des sources précisant que ces voix provenaient des arbres et des rochers. Il est possible d’affirmer à partir de tous les faits qui ont été, ici,évoquéset dont une partie revêt un caractère surnaturel, que cette période consistait en une étape préparatoire à l’avènement de la révélation.

En l’an 610, dans les dix derniers jours du mois de Ramadan, probablement la vingt-septième nuit et, selon certaines sources, le lundi à l’aube naissante, alors que Muhammad (saw) se trouvait à Hira, Gabriel l’informa qu’il avait été choisi par Allah pour accomplir sa mission de prophète. Cette première révélation, le Prophète (saw) la raconte comme suit : Cette nuit-là Gabriel vint à moi et m’ordonna « Lis ». Je lui rétorquai que je ne savais pas lire. Sur cette réponse, l’ange me saisit et me serra fort au point que je ne pus supporter. Il me relâcha ensuite et ordonna à nouveau « Lis ». Lorsqu’en guise de réponse, je réitérai « Je ne sais pas lire » il me resserra à nouveau très fort jusqu’à la dernière limite supportable et relança « Lis ». Et lorsque je lui demandai « Que dois-je lire ? » l’ange me resserra une nouvelle fois jusqu’à m’épuiser et, me relâchant, récita ces versets : « Lis au nom de ton Seigneur qui a créé. Il a créé l’homme à partir d’un embryon. Lis ! Ton Seigneur est les Très-Généreux. Il a enseigné par la Plume, c’est Lui qui a enseigné à l’homme ce qu’il ne savait pas. » (Al-Alaq 96/1-5). Sur ces faits, saisi de crainte et de panique, Muhammad (psl) quitta Hira et rejoignant sa demeure, se coucha sur son lit, demandant à Khadija (r.a) de le couvrir et, à son réveil, lui raconta ce qui lui était arrivé. Khadija (r.a) lui répondit « Jamais Allah ne t’humiliera. Car tu maintiens les liens de parenté, tu dis la vérité, tu assistes les nécessiteux, tu aides les indigents, tu  offres l’hospitalité à tes hôtes et tu défends les opprimés ». Ce faisant, elle l’apaisa par ses paroles sincères et lui fit savoir qu’elle croyait en lui. Elle le conduit ensuite chez son cousin Waraqa b. Naoufal. Ce dernier qui était un vieux chrétien versé dans les Ecritures saintes, après l’avoir écouté l’informa que l’ange qui lui était apparu était celui-là même qui avait apporté la révélation à tous les prophètes. Il ajouta : « Ils te traiteront de menteur et te persécuteront. Ils te déclareront la guerre et te chasseront de la ville. Si je vis encore ce jour-là, je t’aiderais pour Allah ». Lorsque Waraqa termina ses propos, il se pencha sur lui et l’embrassa sur le front. Le Prophète (saw) rentra chez lui, apaisé à la fois par le soutien de Khadija (r.a) ainsi que par les explications de Waraqa.

 

 

Commentaires

 
Aucun message. Cliquez pour ajouter un commentaire

Suivez ledernierprophete.info