Les Compagnons
Ahl Al-Bayt
 

Hassan et Hussein

Les fils du Prophète d’Allah (saw)* décédèrent en bas âge, contrairement à ses filles qui survécurent, se marièrent, et eurent beaucoup d’enfants. Certains d’entre eux eurent la possibilité de passer de bons moments avec le Prophète et de bénéficier de Son éducation et de Sa formation. Nous n’avons malheureusement pas beaucoup d’informations dans nos sources concernant ses petits-enfants, en particulier après la disparition du Prophète, à l’exception d’Hassan et d’Hussein, qui feront preuve d’efficacité en prenant part à des évènements importants. Dans les sources des Hadiths et de l’Histoire, les informations concernant la relation entre le Prophète d’Allah (saw) et ses petits-enfants se rapportent essentiellement à Hassan et Hussein.

Fatima et Ali se  marièrent après la Bataille de Badr, deux ans après l’Hégire. De leur union, Hassan, Hussein, Muhassin, Oum Khalthoum (Ümmü Gülsüm) et Zaynab (Zeynep) vinrent au monde.

La maison, dans laquelle Hassan et Hussein naquirent, est la maison d’Ali et de Fatima. Comme nous le savons, Ali est le fils de l’oncle du Prophète d’Allah (saw), Abu Tâlib. Mais depuis son plus jeune âge, Ali vécut auprès du Prophète d’Allah (saw) et grandit à ses côtés comme un membre de la famille à part entière. Etant parmi les premiers convertis, il occupa par la suite une place importante dans la Dawa* pendant la période Mecquoise.  Quant à Fatima, elle était la plus petite et la plus aimée des filles du Prophète d’Allah (saw). Sa vie, après son mariage avec Ali, est rapportée dans plusieurs sources d’informations.  Fatima et Ali se  marièrent après la Bataille de Badr, deux ans après l’Hégire. De leur union, Hassan, Hussein, Muhassin, Oum Khalthoum (Ümmü Gülsüm) et Zaynab (Zeynep) vinrent au monde. (İbn Sa’d, Kitâbü’t-Tabakâti’l-Kebîr, X, 27.). A part Hassan et Hussein, Muhassin décéda  tout de suite après sa naissance. En revanche, les filles grandirent et connurent différents mariages. (İbn Kesîr, el-Bidâye, I, 1020.)

La famille d’Ali et de Fatima avait une place à part et importante auprès du Prophète. Tout en s’occupant de leurs différents besoins, Il ne négligea pas leur éducation. La sensibilité dont a fait preuve le Prophète d’Allah envers cette famille a eu pour effet d’éveiller aussi bien chez les compagnons de l’époque que tout au long de l’Histoire chez tous les musulmans, le respect et l’amour vis-à-vis d’eux.

Les prénoms d’Hassan, d’Hussein et de Muhassin n’existaient pendant la période de l’Ignorance, la Jâhiliya* ; ils apparurent pour la première fois dans les sources que le Prophète remit à ses petit-fils. Imran b. Süleyman dit : « Hassan et Hussein sont les prénoms des Gens du Paradis. Ces prénoms n’existaient pas dans la Jâhiliya. » (İbn Sa’d, Kitâbü’t-Tabakâti’l-Kebîr, VI, 357.) Hassan vint au monde à la 3ième année de l’Hégire alors que Hussein à la 4ième année. (İbnü’l-Esîr, Üsdü’l-Ğâbe, II, 10,18.) Ayant  seulement un an d’écart, Hassan et Hussein grandirent ensemble. C’est pour cette raison que  la plupart des sources, se référant à leur enfance au côté du Prophète, mentionnent les deux prénoms. C’est le Prophète en personne qui donna son nom à Hassan. Il nous est rapporté qu’Ali voulait prénommer son fils Harb car il appréciait beaucoup ce prénom, mais que le Prophète d’Allah (saw) prit son petit-fils dans ses bras à sa naissance et le prénomma Hassan. Il est également rapporté que cette situation se reproduisit à la naissance d’Hussein et de Muhassin et que le Prophète d’Allah (saw) ne donna pas son consentement pour le prénom d’Harb. Le Prophète (saw) prénomma ses petits-fils comme les enfants de Haroun, Chibr, Chübeyr, et Müchebbir. (İbn İshâk, es-Siyer ve’l-Meğâzî, s. 247.)

Le Prophète récita l’Adhan* aux oreilles d’Hassan et d’Hussein à leur naissance et sacrifia pour chacun d’eux une bête en guise d’Akika: Il est spécifié que tous deux furent circoncis au septième jour de leur naissance, que le Prophète d’Allah (saw)  ordonna à sa fille de leur couper les cheveux et de donner en guise de charité une quantité d’argent équivalent au poids de leurs cheveux. Ce que fit Fatima. (Tirmîzî, Edâhî, 17; Ebû Dâvud, Edâhî, 21; İbn Hanbel, Müsned,VI, 390-392.)

Le Prophète Muhammad (saw) déclara «  Ô Allah ! Je l’aime, toi aussi aimes-le et aime tous ceux qui l’aiment. » Encore une fois il a été rapporté que le Prophète déclara : « Celui qui aime Hassan et Hussein, m'aura aimé, et celui qui les déteste m'aura détesté. » 

Il est sujet dans plusieurs récits de l’amour que le Prophète (saw) porte pour Hassan et Hussein et de son invitation aux gens de les aimer, ainsi que des prières récitées à leurs intentions par le Prophète lui-même.  D’après une information relayée par Ebu Hureyre,  le Prophète prit ce dernier par la main pour trouver Hassan au Bazar de Beni Kaynuka, ils cherchèrent ensemble, regardèrent partout mais ne le trouvèrent pas, puis ils quittèrent les lieux pour aller à la mosquée et le Prophète (saw) demanda  aux personnes présentes de trouver Hassan. Lorsqu’Hassan est finalement apparu, le Prophète (saw) l’emmena de suite dans sa chambre, il lui laissa finalement jouer avec sa barbe et dit «  Ô Allah ! Je l’aime, toi aussi aimes-le et aime tous ceux qui l’aiment. » Encore une fois il a été rapporté que le Prophète déclara : « Celui qui aime Hassan et Hussein, m'aura aimé, et celui qui les déteste m'aura détesté. » (İbn Sa’d, VI, 360, 362.) Une fois dans la mosquée, le Prophète (saw) les fit asseoir sur ses genoux, l’un sur le genou droit et l’autre sur le genou gauche, et il montra de l’affection successivement à l’un et à l’autre. Lorsqu’ un Compagnon dit « Ô Prophète d’Allah, je suppose que tu les aimes », Il répondit immédiatement « Celui qui les aime m'aura aimé, et celui qui les déteste m'aura détesté. » Et quand on lui demanda « Qui est le plus aimable parmi les Gens du Livre ? », Il répondit « Ceux sont Hassan et Hussein ». Quand Il demandait à Fatima de les appeler,  Il les prenait dans ses bras et les embrassait à leur arrivée. Quand il entendait Hassan et Hussein pleurer, il courait vers eux. Les gens de son entourage disaient que le Prophète se levait spontanément lorsqu’Il entendait  le son de leur voix. (İbn Kesîr, el-Bidâye, I, 1208; Zehebî, Târîhu’l-İslam, (41-60), 36,37.)

Pour prouver son affection envers ses petits-fils, le Prophète (saw) annonça la bonne nouvelle, concernant Hassan et Hussein, en les désignant comme les « Maîtres des Jeunes Gens du Paradis ». Il les prenait dans ses bras et les embrassait à toute occasion. Ebu Seleme b. Abdurrahman exprima que le Prophète d’Allah (saw) jouait avec Hassan et tirait de temps en temps sa langue comme un enfant. Ebu Hureyre annonça qu’il arrivait au Prophète d’Allah (saw) de les embrasser sur le ventre. Le Prophète demandait l’autorisation à ses petits-fils « Permets-moi de t’embrasser à la même façon du Prophète d’Allah ? » et soulevait leur chemise et les embrassait sur le ventre en pouffant. (İbn Sa’d, VI, 359-361.) ce qui faisait beaucoup rire les enfants.

Une fois quand Akra b. Hâbis vit  le Prophète d’Allah (saw) embrasser Hassan, il lui dit “ J’ai 10 enfants mais je n’en ai encore embrassé aucun.” Le Prophète répondit “Il n’y a point de compassion pour celui qui n’a pas de compassion.” Dans une autre version de cette histoire, le Prophète déclara “Que puis-je faire si Allah t’a ôté le sens de la miséricorde ?” (İbn Sa’d, VI, 362.). Il a été également rapporté qu’Hassan et Hussein jouaient avec le Prophète pendant la Prière. D’après Abu Bakr, Hassan monta une fois sur le Prophète pendant qu’il faisait sa prière, le Prophète le rattrapa pour qu’il ne tombe pas en se relevant et il le déposa sur le sol la deuxième fois qu’il se baissa. Dans d’autres dires, il est rapporté qu’Hassan passa par dessous le ventre lors du Sucûd et monta sur le Prophète, celui-ci n’en fit rien. En dehors de la prière, il arriva que le Prophète d’Allah (saw) les prenne sur le dos et les promenait à genoux. Quand une personne les vit dans cette situation, elle dit “Mon enfant, tu es sur une très belle monture“, le Prophète d’Allah (saw) répondit “ Et lui est un très bon cavalier”. Le Prophète les prenait sur ses épaules et les promenait ainsi parmi la population. Ebu Hureyre rapporta que le Prophète était venu avec Hassan sur une épaule et Hussein sur l’autre en leur  faisant des jeux et dit “Celui qui les aime, m'aura aimé, et celui qui les déteste m'aura détesté”. (İbn Sa’d, VI, 360; İbn Hacer, el-İsâbe, I, 329.)

De temps en temps, Hassan et Hussein pratiquaient la lutte en présence du Prophète. D’après Ebu Hureyre, il arriva que le Prophète prenait part à l’excitation en criant “Allez Hassan!” Lorsque Fatima lui demanda « Pourquoi Tu cris ‘Allez Hassan’ ? », le Prophète répondit “C’est parce que Cebrail/Djibril crie ‘Allez Hussein’ de son côté”. (İbnü’l-Esîr, Üsdü’l-Ğâbe, II, 20.) Une fois, lorsque le Prophète s’adressa aux Musulmans dans la Mosquée, il vit Hassan et Hussein venir en trébuchant. Il s’interrompa et descendit rapidement de son Minbar,  retrouva les enfants et les emmena chez lui en les prenant dans les bras. À son retour, il déclara « Comme Allah le dit bien, vos biens et vos enfants sont une sédition pour vous. » (Enfal, 28.) “Je les ai vus arriver en trébuchant et je n’ai pas pu patienter davantage” ajouta-t-il. (İbn Sa’d, VI, 361.)

Une fois quand Akra b. Hâbis vit  le Prophète d’Allah (saw) embrasser Hassan, il lui dit “ J’ai 10 enfants mais je n’en ai encore embrassé aucun.” Le Prophète répondit “Il n’y a point de compassion pour celui qui n’a pas de compassion.”

Parmi les évènements où leurs noms sont invoqués, il y a également l’évènement où le Prophète retira une datte de la bouche de son petit-fils, donnée en guise de charité. Cette histoire qui définit une particularité des Gens du Livre, Ahl al-Bayt, a été la preuve de dispositions juridiques dans les périodes subséquentes. D’après une version en relation avec le sujet, il est écrit qu’on avait offert au Prophète un panier rempli de dattes. Hassan et Hussein jouaient avec les garnitures quand l’un d’eux porta une datte à la bouche. En voyant cela, le Prophète d’Allah (saw) retira de suite la datte de sa bouche et dit “ Ne sais-tu pas, toi, que la famille de Muhammad ne mange pas de charité ?” (Buhârî, Zekat, 58.)

Certaines sources parlent de leur ressemblance au Prophète. Une source de Tirmizi annonce que la partie entre la tête et la poitrine d’Hassan et le bas de la poitrine d’Hussein ressemblent beaucoup au Prophète. (Tirmîzî, Menâkıb, 31.)

Une fois lorsque Hussein était en train de jouer avec ses amis, le Prophète le croisa et l’appela à ses côtés mais celui-ci ne vint pas. Sur ce, le Prophète d’ Allah (saw) essaya de l’attraper mais lui, courut dans tous les sens et le Prophète d’Allah (saw) lui courut après en riant. Il finit par l’attraper, l’aima et l’embrassa, puis dit : “Hussein est de Moi et Moi de Hussein. Je l’aime beaucoup, il est mon petit-fils”. ( İbn Mâce, Mukaddime, 11.)

Les propos du Prophète concernant Hasan - “Mon Fils est un Maître. Il est attendu qu’ Allah réconcilie, grâce à lui, deux groupes Musulmans.” - est une information rapportée par plusieurs sources. A ce sujet, Ibn Abdilber affirme “La version qui rapporte que le Prophète a nommé Hassan “Maître” est du degré de mutawatir*. Seulement un groupe de Compagnons a rapporté ceci. » Quant à Ebu Bakr, il rapporte à ce sujet que le Prophète d’Allah (saw) ne nomma personne d’autre ainsi. (İbn Abdilberr, el-İstiâb, I, 369.) Cette appellation est devenue davantage légitime et reconnue longtemps après suite à la confrontation des partisans de Hasan et de Muaviye, alors qu’ils se préparaient à se battre. En signant un traité de paix avec Muaviye et en lui transférant le Califat, Hasan a ainsi pu éviter la perte de sang et sauver de nombreuses vies et réconcilier les deux groupes Musulmans. C’est pour cette raison que cela a été considéré comme un Miracle du Prophète, cet évènement marqua la vertu d’Hassan et  sera rapporté maintes fois comme exemple. (Suyûtî, Târîhu’l-Hulefâ, 214.)

La relation entre le Prophète et ses petits-fils, Hassan  et Hussein, est une relation entre un grand-père et ses petits-enfants basée sur l’affection. Le Prophète a toujours fait preuve de son amour, vis-à-vis d’eux, en les embrassant, les caressant, les prenant dans ses bras et les montant sur ses épaules. En plus de cela, il n’omit pas de les avertir en cas de besoin dans le cadre de leur éducation. A côté de tous ces comportements intrinsèques à l’Homme, le message que souhaite diffuser le Prophète d’Allah  (saw) à son entourage est tout aussi important. Les Compagnons du Prophète, et par conséquent les Musulmans de manière générale, ont vu à travers Lui l’amour, la compassion, le sacrifice qu’il faut nourrir envers les enfants.

Dans la continuité de l’Histoire de l’Islam, Ali et ses fils, Hasan et Hussein, prirent parti dans les évènements survenus au sujet du Califat et cela causa l’apparition d’images peu désirables.  Alors qu’Ali fut assassiné en Martyr par les Harici, Hassan dut se désister de son poste de Calife en faveur de Muaviye afin d’éviter la perte de sangs musulmans. Après la mort de ce dernier, Hussein ne prêta pas serment  à son successeur et fils de Muaviye, Yezid,  et fut Martyr avec ses proches à Kerbala. Les situations tristes auxquelles ils ont dû faire  face ont brisés le cœur des tous les Musulmans de l’époque et de nos jours, et n’ont fait qu’augmenter le sentiment d’affection, de respect, et d’attachement envers eux.

 

Commentaires

 
Aucun message. Cliquez pour ajouter un commentaire

Suivez ledernierprophete.info