Dossiers
Reportages
 

Le modernisme et la peur de l'Islam avec Said H. Nasr

L’un des principaux penseurs contemporains  du monde Musulman Said Hussein Nasr a répondu à nos questions. Nasr a partagé avec nous ses  observations importantes sur l'origine de la crainte  de l’Islam en Europe et  a évoqué sincèrement  comment les pays musulmans vivent  une tragédie dans la lutte contre ce problème. D’autre part, ses observations relatées sur son vécu du Ramadan dans l'Amérique d'aujourd'hui fait partie des points sur lesquels il faut s’attarder.

 

Si on pense en  tenant compte des circonstances uniques du monde actuel, l’Islam subit-il une transformation pour se moderniser ou alors est-ce le modernisme qui évolue vers la piété ?

Bien sûr d’un point de vue historique il y une transformation, mais je ne crois pas que l’Islam soit forcé de passer par une transformation pour se moderniser. La religion a été donnée par Dieu. Elle est là pour former le monde et non pas pour que le monde la forme. A tout moment, toute chose s’adapte aux conditions dans lesquelles elles se trouvent. Clairement, la compréhension de l’Islam ne sera pas la même dans la ville de Washington, où je vis actuellement, et à Samarkand.

Actuellement il y a une implosion au sein du modernisme, qui se transforme en paradigme qui dirige la modernité et ensuite se propage dans le monde. C’est pour cette raison qu’il y a une crise importante. Cette crise n’est pas une crise surmontable avec un peu de maquillage, elle est de grande evergure. Elle continue à se transformer et son devenir est un sujet  relativement complexe.

En occident, il y a un petit éveil relatif au Christianisme, en Europe certaines personnes s’orientent vers d’autres religions. Beaucoup de personnes s’orientent vers les religions orientales, notamment l’Islam.

Mais au final, lorsqu’il s’agit de la modernité du monde moderne dans son ensemble, je ne crois  pas que cela va orienter d’avantage les personnes vers l’Islam.

Je ne crois pas que l’Islam soit forcé de passer par une transformation pour se moderniser. La religion a été donnée par Dieu. Elle est là pour former le monde et non pas pour que le monde la forme.

Que pensez-vous de la différence de compréhension de l’Islam aussi bien aux Etats Unis qu’en Europe ?

D’un point de vue des principes spirituels de la religion, je pense qu’il n’y a pas de différences. Le matin vous vous levez et vous faites votre prière, vous prenez vos ablutions, vous faites le jeûne, vous donnez l’aumône, vous faites l’effort de ne pas mentir, de ne pas tromper, et de ne pas voler. Les Musulmans pieux d’Europe et d’Amérique se conforment de la même façon aux règles fondamentales de l’Islam et à ses ordres. La différence réside dans les conditions sociales.

La situation des Musulmans d’Amérique est meilleure que celle des Musulmans d’Europe. L’Europe a été durant des siècles le lieu d’origine des préjugés et de la haine contre l’Islam. Parce que les Européens, avaient peur de l’Islam, de l’Andalousie et ensuite des Turcs et du monde de l’Orient. Ils se sont sentis encerclés par cette vaste civilisation appartenant à l’Islam. Cette peur interne est omniprésente dans l’esprit des Européens, même s’ils ont perdu leur religion en se sécularisant et même s’ils n’ont plus de liens avec le Christianisme.

La communauté musulmane d’Amérique présente-t-elle des avantages par rapport à celle d’Europe ?

L’Amérique a été en grande partie la Terre des  immigrés venant des nations et des lignées Européennes.  L’Islam poursuit sa présence là-bas ; il n’y a pas eu de communauté aussi ouverte que celle-là auparavant. Les Musulmans d’Amérique d’un point de vue économique sont dans une situation meilleure que les Européens. Nous ne voyons pas en Amérique le cas des Algériens et  Marocains ou des travailleurs Turcs immigrer en abondance. Les musulmans d’Amérique sont pour la plupart Avocats, Docteur, Ingénieur etc.… des gens ayant fait des études. Mais la réalité de vivre la croyance ne pas si différente en Europe et en Amérique.

Incombe-t-il une responsabilité aux Musulmans pour régler le problème de la peur interne des  Européens  non musulmans envers les musulmans ?

Bien sûr. Et ce n’est pas un sujet aussi facile. Le meilleur moyen pour venir à bout de la peur de l’islam est d’être une bonne personne, d’être un bon Musulman et de décrire l’Islam. Etre une bonne personne c’est  aider nos voisins, être généreux, être un  être exemplaire en étant courtois. La plupart des musulmans le sont déjà. Il y a également une autre situation en Europe et en Amérique qui concerne une campagne planifiée et consciente  menée pour discréditer l’Islam. Il faut faire face à cela aussi.

Les Musulmans pieux d’Europe et d’Amérique se conforment de la même façon aux règles fondamentales de l’Islam et à ses ordres. La différence réside dans les conditions sociales.

LA TRAGEDIE DES PAYS MUSULMANS

Ce qui est tragique, ce sont les énormes moyens financiers qu’une grande partie des pays musulmans ont et qu’ils peuvent avoir une certaine influence politique pour lutter contre ce problème. Ce sont des pays qui ont des milliards de dollars. Mais ils ne savent même pas quel type de personne ils doivent assigner pour cela. Il y a beaucoup de pays musulmans amis de l’Amérique, qui ont une force financière et politique et c’est de leur responsabilité de savoir quoi faire de ce qu’ils ont entre les mains. Les musulmans qui vivent en Amérique sont conscients de cela et il y en a qui font quelque chose. Mais il est possible de faire beaucoup plus que ce qui est fait actuellement. Les musulmans n’arrivent pas atteindre le centre des médias ou alors ils ont peu d’influence dans ce secteur. Par exemple, les Musulmans ont une très faible part dans l’atmosphère intellectuel, dans l’étude des livres, au sujet des livres qui doivent être lu ou ceux qui doivent être diffusés. On les empêche de prendre une plus grande part dans ces domaines.

La première génération des Musulmans qui ont migrés  en Amérique sont venus pour assurer leur subsistance et ils ont voulu que leurs enfants deviennent médecin, ingénieur, et avocat. Par contre personne n’a voulu que leurs enfants  deviennent écrivain, académicien,  professeur en recherche islamique ou bien journaliste. Ils ont préféré leur faire choisir les autres métiers. Désormais cette situation commence à changer. Mais actuellement les Musulmans d’Amérique et d’Europe, étant quasiment dans la même situation, ne disposent pas de force culturelle ou intellectuelle équivalente à leur population et à leurs ressources financières. 

LE RAMADAN EN AMERIQUE 

Comment est vécu le mois du  Ramadan en Amérique ?

Avant tout je dois dire que maintenant tout le monde est courant du Ramadan. Lorsque j’étais étudiant à l’Université d’Harvard il y a des années, la population n’était pas très au courant de ce mois. Aujourd’hui, il y a des émissions concernant le mois de Ramadan à la télévision, dans les journaux. C’est pour cette raison que la population américaine connaît bien le Ramadan. Ensuite… il y a pas mal de personnes qui jeûnent. On le voit dans à l’Université, la plus grande partie de nos étudiants musulmans jeûnent. Il n’y a pas que les musulmans, il y a également des non-musulmans qui jeûnent. Et dans les mosquées il y a des repas de rupture du jeûne pour les non musulmans. Les Chrétiens et les Juifs sont invités à ces repas. Le Ramadan est pratiqué en se propageant à une énorme masse de population. Et certains Musulmans donnent leur Zakat aux associations caritatives et leurs  Sadaka aux pauvres par exemple. Il y a de la vivacité dans la pratique du jeûne, la prière du Terawih, les prières communes dans les mosquées etc… Pratiquement toutes les mosquées sont pleines jusqu’au matin pendant le mois du Ramadan. Finalement le Ramadan est pleinement ressenti en Amérique.

 

Commentaires

 
Aucun message. Cliquez pour ajouter un commentaire

Suivez ledernierprophete.info