Dossiers
Divers
 

Le Prophète (saw) et ses Compagnons comme supports pratiques du Message Universel de l’Islam

L’Islam est une religion à vocation universelle, qui s’adresse à l’ensemble de l’humanité, sans distinction de race, de langue ou de nationalité. Les savants musulmans rappellent souvent que « l’Islam est valide en tout temps et en tout lieu » (Al Islam sâlih li kulli makân wa zamân). Mais on ne peut pas nier que la révélation du message de l’Islam, bien qu’étant universelle et atemporelle, s’inscrit dans un moment historique et dans un espace géographique donné. En effet, le contexte de la révélation, soit la réalité culturelle, sociologique et politique de l’Arabie du 7ème siècle, ne peut être occulté pour comprendre le message Islamique et savoir distinguer dans son corpus ce qui relève de l’universel atemporel et ce qui relève du conjoncturel historique, le premier relèvement de l’absolu, le second étant plus relatif. 

Pour ancrer une religion dans le cœur et l’intelligence des hommes, il faut des supports pratiques. Effectivement, pour que le message puisse être accessible à tous, des supports concrets sont nécessaires pour les gens au-delà des principes théoriques et généraux.

C’est en ce sens que Dieu a envoyé le Prophète Muhammad (saw) comme modèle pratique pour l’humanité, qui incarne de façon concrète et accessible les principes de l’Islam. C’est d’ailleurs pour cela que la Sunna du Prophète (saw) est la deuxième source du droit musulman, parce qu’elle permet de mieux comprendre certains principes généraux du Coran. A titre d’exemple, le Coran prescrit la prière et les ablutions pour les croyants mais ne détaille pas sur la manière de les pratiquer, c’est la Sunna qui nous donnera le mode d’emploi pour savoir comment prier et comment faire nos ablutions. Dans le même ordre, pour rendre le message universel et accessible, Dieu a entouré le Prophète (saw) de ses compagnons qui ont vécu des évènements à la lumière de la révélation qui sont des enseignements concrets et accessibles pour l’ensemble des musulmans jusqu’à nos jours. Notamment du fait de l’humanité des Compagnons. Même les erreurs commises par les Compagnons, qui ont ensuite été corrigés par le Prophète (saw) à la lumière des principes Islamiques, sont un enseignement positif participant du message global de l’Islam. À titre d’exemple, lorsque certaines épouses du Prophète (saw), bien qu’ayant une autorité morale très forte du fait de leur statut de « mères des croyants », se sont moquées des origines juives d’une autre épouse du Prophète (saw), Safiya bint Huyay, et remettaient en cause sa loyauté, le Prophète (saw) réagit en défendant Safiya et en dénonçant les attaques à son égard. Muhammad (saw) pour défendre Safiya face aux attaques contre ses origines dit « le mari de Safiya est Muhammad, son père est Aaron, et son oncle est Moïse »[1]. Il s’agit d’un support concret dans la mesure où l’enseignement de cet épisode est facilement accessible à tous par son caractère pratique. En effet, on comprend de cette histoire à quel point le fait de dénigrer quelqu’un en raison de ses origines est une chose réprimandée par l’Islam.

Le message islamique théorique et atemporel s’est donc traduit par un exemple pratique et temporal à travers le Prophète (saw) et ses Compagnons pour servir de modèle et de support aux générations futures de musulmans. Dans cet ordre, en application des principes de l’Islam dans un contexte donné, le Prophète (saw) et ses Compagnons ont mis en œuvre des expériences nous permettant de voir l’Islam  dans une traduction pratique plurielle, ce qui rend le message plus accessible pour les êtres. En ce sens, dans une société qui était régie par le tribalisme, le Prophète (saw) a mis en place une oumma universelle, basée sur la foi commune en l’unicité, avec une fraternité de la foi qui dépasse les ethnies et nationalités.

Allah (swt), à travers Son Prophète (saw) et ses Compagnons, a donc consacré la diversité humaine en faisant en sorte que les « pères fondateurs » qui ont porté l’Islam soient de différentes ethnies et nationalités. Cela permet de faciliter une identification des musulmans à des personnages, considérés comme des modèles, qui appartenaient à différentes nationalités, ethnies et “races”.

À titre d’exemple, parmi les grands compagnons du Prophète Muhammad (saw), on trouve un personnage central de l’histoire de l’Islam, Salman Al Farisi, qui était perse et anciennement zoroastrien. Sa culture d’origine, à savoir la culture perse, a été une source d’inspiration pour le Prophète (saw), lorsque ce dernier, sur le conseil et l’enseignement de Salman Al Farisi, a creusé une tranchée autour de la ville pour protéger les musulmans de l’attaque ennemie lors de la bataille d’Al Khandaq[2]. Cette anecdote nous montre la reconnaissance par l’Islam du génie d’autrui, du pluralisme et même de son inclusion au patrimoine culturel et intellectuel des musulmans.

Certains compagnons étaient aussi des juifs sur le plan ethnique et anciennement israélites sur le plan religieux avant de se convertir à l’Islam, à l’instar d’Abdullah Ibn Salem qui a été un grand compagnon à qui Muhammad (saw) a même promis le paradis.

Il en était de même pour le compagnon Abu Ayyub al Ansari, qui venait d’une tribu juive et qui a été un grand soldat, qui est d’ailleurs enterré à Istanbul où il est mort lors d’une bataille[3].

Jâbân Al Kurdi était un compagnon  du Prophète (saw) d’origine kurde, qui a joué un grand rôle dans la transmission de l’Islam dans les régions peuplées de kurdes. Il a aussi été le rapporteur de plusieurs hadiths du Prophète (saw) comme le mentionne Ibn Hajar al Asqalani, contribuant ainsi à l’élaboration des sciences Islamiques[4].

Bilal Ibn Rabâh, un habachi venant d’Abyssinie (actuelle Éthiopie) qui était noir de peau. Anciennement esclave, il a été libéré sur demande du Prophète (saw) Muhammad après avoir été persécuté par son maitre. Il est devenu un éminent compagnon, et un personnage central de l’Islam. Il est notamment connu pour être le premier Muezzin, celui qui fait l’appel à la prière (Al Adhan). Il était un des compagnons les plus appréciés du Prophète Muhammad (saw), connu pour son courage, sa loyauté, ses talents de combattant, mais aussi sa modestie et sa spiritualité[5].

Oum Ayman (de son vrai nom Barakah bint Tha'laba),  était aussi une noire éthiopienne; elle était la nourrice du Prophète (saw) et ce dernier l’a considérait comme sa seconde mère. Cette femme a joué un rôle essentiel dans la vie du Prophète (saw) et donc dans l’avènement de l’Islam, elle a risqué sa vie à de nombreuses reprises pour l’Islam et le Prophète (saw).

Suhayb Ar Rumi , un autre compagnon du Prophète (saw) qui lui était Romain/Byzantin d’origine et qui était de peau blanche. Il fut aussi un honorable compagnon du Prophète (saw).

On constate à travers ces exemples que le Prophète (saw) a construit une “oumma” plurielle et diverse sur le plan ethnique et culturel pour que les musulmans puissent s’identifier à des “pères fondateurs” de différentes nationalités et ethnies dans l’optique de rejeter le racisme et consacrer l’égalité ontologique de tous les êtres humains au-delà de la “race” et de l’origine. Ce pluralisme des “pères fondateurs” permet aussi aux gens, dans leur cheminement dans l’Islam, de trouver des repères à travers des personnages qui leur seront plus familiers  sur le plan ethnique ou culturel.

C’est à ce titre que les Afro-Américains musulmans, dans la construction de leur identité Islamique, se sont beaucoup référés à la figure de Bilal Ibn Rabâh, du fait que celui-ci est un noir africain qui a joué un rôle central dans l’Islam. À tel point qu’à une époque, certains musulmans noirs américains se faisaient appeler les “bilaliens”[6]. L’identification à Bilal en tant que grande figure musulmane était aussi liée à son origine africaine et à sa couleur de peau, en plus de son Islamité[7].

Ainsi, cela nous montre la sagesse divine derrière la diversité ethnique des Compagnons du Prophète (saw), facilitant aux différents groupes humains la construction de leur identité musulmane à travers des exemples pratiques qui leurs sont plus proches. Ces supports pratiques sont la clé de l’universalité de l’Islam, permettant à tout un chacun de s’identifier à cette religion et d’avancer dans l’Islam en trouvant des repères accessibles facilitant l’approfondissement de la compréhension et de l’application des idéaux Islamiques.

---

[1] Sîr A’lâm al nubulâ`, Mohamed Ben Othman al Dhahabi, Mu`asasat al risalat, 2001, partie 2, p. 233.

[2] Tabari, traduction de Zotenberg, Chronique de Tabari, volume 3, imprimerie impériale, Paris, p. 61

[4] http://sahaba.rasoolona.com/Sahaby/627/ما-ذكر-عنه-في-الإصابة-في-تميز-الصحابة/جابان-أبو-ميمون

[5] Muhammad Abdul-Rauf, Bilal Ibn Rabah : A Leading Companion of the Prophet, American Trust Publications   p. 8-63

[6] Edward E. Curtis, Islam in Black America Identity, State University of New York Press, 2002, p. 121

[7] Edward E. Curtis, Islam in Black America Identity, State University of New York Press, 2002, p. 119

 

Commentaires

 
Aucun message. Cliquez pour ajouter un commentaire

Suivez ledernierprophete.info