Le Prophète Muhammad (saw)
Qui est le Prophète Muhammad (saw) ?
 

Les habitudes alimentaires du Prophète Muhammad (saw)


« Je ne suis qu’un serviteur, je mange et je m’assois comme un simple serviteur. »

Les sources ont davantage indiqué comment le Prophète Muhammad (saw) ne s’asseyait pas et ont très peu expliqué sa façon de s’asseoir.  Généralement, lors des repas, il s’asseyait en pliant ses jambes. On retrouve à ce propos uniquement un texte dans les sources classiques : « Je ne mange pas comme celui qui veut bien manger et s'assoit solidement pour cela » (Bukhari, VI, 201 ; Tecrid Tercumesi, XI, 423-424 ; Ibn S’ad, I, 380 ; Abu Daoud, III, 476, num : 3769 ; Darimi, II, 32, num : 2077 ; Tirmidhi, IV, 273, num : 1830 ; Ibn Maja, II, 1086, num : 3262).

Le Prophète (saw) agissait avec beaucoup de modestie durant les repas et exprimait sans cesse sa gratitude en raison de toutes les bénédictions qui lui avait été offertes par Allah (awj).  Le Prophète  (saw) et ceux qui le prennent comme exemple, se sont toujours inquiétés de l’utilité de leur alimentation. Ils priaient donc sans cesse Dieu pour le remercier et pour qu’Il leur permette d’avoir bon usage de toute cette énergie acquis durant les repas.

Les sources ont indiqué une autre particularité concernant les habitudes du Prophète Muhammad (saw) concernant son alimentation : « Le Messager léchait ses trois doigts après avoir mangé » (L’Aqu Al-Asab’i). Ce sujet est présent dans les pratiques, mais aussi dans les paroles prophétiques. Il avait dit concernant le fait de lécher ses doigts : « Vous ne savez pas dans quelle partie de votre repas se trouve la bénédiction ! » (Bukhari, IV, 213 ; Abu Daoud, III, 499, num : 3847-3848, Tirmidhi, IV, 258, num : 1801 ; Chamail ;

Le Messager de Dieu (saw) faisait tout son possible pour empêcher et arrêter toutes les voies menant au gaspillage, d’un simple grain de riz soit-il.


L’hygiène des mains

Les personnes croyantes ne se contentent pas d’une simple propreté, le Prophète (saw) leur a demandé d’atteindre le degré de nazâfa dans tous les aspects de la propreté et il a donc aussi exigé cela au moment de manger. L'hygiène des mains est au repas, ce que sont les ablutions à la prière. Cette tradition de laver les mains avant le repas est une pratique qui n’existait pas dans les autres religions et qui a été pensée et instaurée par le Messager (saw) :

« Quiconque est atteint d’un malheur alors qu’il a dormi sans se laver les mains, qu’il ne cherche pas d’autres fautifs que sa propre personne! »

Salman al Farisi (ra) a rapporté que le Prophète (saw) avait dit : « La bénédiction du repas se trouve dans le fait de se laver les mains avant et après manger ».


Les invocations faites par le Prophète (saw) avant et après manger

Le Prophète commençait le repas toujours en prononçant la basmala (Bismillah) tout comme il lui était coutume pour toutes les actions et entreprises. Si une personne oublie de prononcer la basmala avant le repas, elle doit la prononcer dès qu’elle se rend compte de son oubli. 

Le Messager (saw) ne négligeait jamais de faire des invocations après le repas. La plus courte de ses invocations était « Al hamdulillah ». « La meilleure évocation (dhikr) est : « La ilaha illa allah » et la plus haute invocation est « Al hamdulillah » » disait le Messager de Dieu (saw). L’invocation ne se limitepas à des formules précises, chacun est libre d’invoquer Dieu de la façon et par les mots qu’il désire.

À l’époque du Prophète (saw), le repas se prenait à même le sol et la nourriture était disposée uniquement dans un récipient. C’est pour cela qu’il avait exigé que chacun mange la partie se trouvant devant soi. Il était aussi de sa tradition de se lever tous ensemble de table. Il avait dit concernant cela : « Que personne ne se lève avant que soit débarrassée la table. Même si vous n’avez plus faim, ne mettez pas les autres mal à l’aise en retirant votre main du repas. Alors n’effectuez aucun geste pouvant faire ressentir que vous n’avez plus faim. En effet, en vous levant rapidement de la table, vous mettez mal à l’aise les autres et vous les empêchez de continuer ; il se peut pourtant qu’ils aient encore faim ! »

Il ne faut donc non plus pas refuser de la nourriture ou une invitation à manger alors que l’on a faim, sous de faux prétextes tels que : « Je n’ai pas faim » ou « J’ai déjà mangé ». Le prophète (saw) a dit à ce propos : « Le repas d’une personne suffit à deux, le repas de deux personnes suffit à quatre et le repas de quatre personnes suffit à huit ».

Omar bin abi Salam (ra) rapporte qu’il était allé chez le Prophète (saw) alors qu’il était en train de manger. Le Messager lui avait dit alors : « Garçon, évoque le Nom d'Allah (Bismillah), mange avec ta main droite et prends de la partie qui se trouve devant toi ! »

Abu Sa’îd al-Khudri (ra) rapporte que le Prophète (saw) avait effectué l’invocation suivante après manger : « Al hamdoulilahi’l-ladhi at’amana wa saqana wa ja’alna min al-mouslimine ». C'est-à-dire : « La Louange est à Allah qui nous a donné à manger et à boire et a fait de nous des musulmans »

Abu Umama rapporte quant à lui que le Prophète (saw) avait prononcé, lorsque la table était sur le point d’être débarrassée, l’invocation suivante : « Al hamdulilahi hamdan kathiran thayyiban mubarakan fiihi ghayra makfiyyin walaa muwadda in walaa mustaghnan`anhu rabbana ». C'est-à-dire : « A Allah revient la Louange abondante, pure et bénie. Nul ne peut Te louer et reconnaître Tes grâces comme Tu le mérites, ni ne peut se dispenser de Toi, ô mon Seigneur ! »


Sa consommation de pain

Le Messager (saw) conseillait de ne pas omettre de manger le dîner du soir et avait dit : « N’omettez pas de prendre le dîner du soir, même avec quelques dattes, car négliger le repas du soir, accélère la vieillesse et dégrade la santé physique. »

Les textes nous enseignent que le Prophète Muhammad (saw) a toujours mangé du pain à la farine d’orge. Il n’a pas mangé de pain fait de farine dont le son a été complètement écarté. Le blé était un produit importé et relativement cher en Arabie à l’époque prophétique. Le Messager (saw) a été un modèle concernant la consommation abusive de nourriture, comme il l’a été dans tous les autres aspects de sa vie. Cela en raison du poids économique que représentait cette consommation dans le budget des familles, mais aussi pour affirmer sa position claire face au luxe qui l’entourait. Sa position était sûrement aussi due au caractère nutritif du pain à l’orge.

Le Prophète (saw) mangeait sur une nappe en cuir ou tissus et il n’utilisait pas de table ou plateau sur pieds.

Aucune nourriture n’augmentant l’appétit telles que la salade, les légumes en saumure ou les épices n’étaient présentes dans son repas. Le Prophète (saw) n’a jamais mangé plus que la quantité habituellement nécessaire.

 Les sources classiques font mention uniquement de deux repas journaliers. Il a été utilisé le mot « ghada » pour le petit déjeuner et « ‘asha » pour le dîner.  Le Prophète (saw) n’a jamais mangé plus de deux repas par jour. Un de ces deux repas était toujours léger. Le repas léger de la journée était généralement constitué de dattes.

Le Messager (saw) conseillait de ne pas omettre de manger le dîner du soir et avait dit : « N’omettez pas de prendre le dîner du soir, même avec quelques dattes, car négliger le repas du soir, accélère la vieillesse et dégrade la santé physique » (Tirmidhi, IV, 287, num : 185 ; Ibn Maja, II, 113, num : 3355).

Le Prophète (saw) a d’une part souligné l’impact de la faim en disant : «  Seigneur ! Je me réfugie auprès de toi contre la faim. La faim est une très mauvaise situation qui rend les personnes inactives ! » (Ibn S’ad, I, 408-409 ; Nasai, VIII, 263 ; Ibn Maja, II, 113, num : 3354). Et il a d’autre part mis en garde contre la consommation abusive de nourriture en affirmant :  « Jamais le fils d'Adam n'a rempli de récipient pire que son ventre. Il suffisait pourtant au fils d'Adam quelques bouchées pour subvenir à ses besoins. Et même s'il lui en fallait absolument davantage, qu'il réserve donc le tiers de son estomac à la nourriture, l'autre tiers à la boisson et le dernier tiers vide » (Ibn S’ad, I, 410 ; Musand, IV, 132 ; Tirmidhi, IV, 590, num : 2380 ; Ibn Maja, II, 1111, num : 2349 ; al-Mustadrak, IV, 331-332).

La mère des croyantes, Aisha (r.anha) rapporte que : « Les membres de la famille du Prophète (saw) n’ont jamais, jusqu’à son dernier souffle, mangé durant deux repas de suite, du pain à l’orge jusqu’à se rassasier totalement ».

Ibn Abbas (ra) rajoute que : « Il lui  arrivait de dormir sans rien manger plusieurs nuits de suite. Lui et sa famille ne trouvaient rien à manger au dîner, le pain qu’ils mangeaient était à base d’orge ».

Le Prophète (saw) accordait de l’importance à ce que sa nourriture soit licite, saine et utile pour le corps. Il n’était pas difficile, ne refusait aucun plat et n’effectuait aucune critique. Abu Hurayra (ra) a dit à ce propos : « Le Prophète ne refusait jamais un repas. Il mangeait ce qu’on lui propose et s’il n’avait pas faim, il ne mangeait pas ».

Il n’y avait aucun aliment qu’il aimait en particulier. Personne n’a jamais été témoin qu’il avait envie d’une chose précise. « Ce serait du gaspillage que de manger tout ce dont on a envie ».

Lorsqu’il était invité chez quelqu’un, il faisait particulièrement attention à présenter ses remerciements et il ne manquait pas d’affirmer que les repas lui avaient plu. 

Il est possible d’énumérer ainsi une partie des repas qu’il mangeait : l’épaule et le carré de côtes de mouton, les côtelettes, le kebab, le poulet, l’outarde, la soupe de viande, la courgette, le tirit, l’huile d’olive, le fromage, le melon, le halva, le miel, les dattes, la blette, le poisson et le hays. Cette liste peut être encore complétée, mais elle suffit à connaître les habitudes alimentaires de l’époque et de la région. La simplicité est omniprésente dans tous les repas. Cette simplicité est signe de maturité.


Les fruits       

Nous apprenons que le Prophète (saw) mangeait et aimait le melon, la pastèque et le concombre. Le raisin, le coing, le concombre arménien et le kabâth (fruit de l’arbre de miswak) faisaient aussi partie de l’alimentation du Messager d’Allah (saw).

Le Prophète (saw) accordait beaucoup d’importance à que son alimentation soit saine et bonne pour la santé. Il ne mangeait pas le fruit juste par plaisir, mais il le prenait durant le repas ou après le repas pour équilibrer la température de son corps.

Abu Huraira (ra) rapporte que les compagnons apportaient toujours des fruits au Prophète (saw) dès leurs premières récoltes. Le Messager, quant à lui, prenait ces fruits et invoquait ainsi Allah : « Ô Allah ! Mets la bénédiction dans nos fruits ! Mets la bénédiction dans notre ville ! Mets la bénédiction dans notre Sa’ et dans notre Moud (unités de mesure)! Ô Allah ! Ibrahim est certes Ton serviteur, Ton ami intime et Ton prophète, et je suis aussi Ton serviteur et Ton prophète ! Lui, il t’a invoqué pour La Mecque, et moi, je t’invoque pour Médine de la même chose qu’il t’a invoqué pour La Mecque avec son équivalent ». Puis il appelait tous les enfants qu’il pouvait pour en partager avec eux.


Les boissons

La boisson de cette époque se constituait généralement de sorbet au miel, de lait et de mout de raisins et de dattes secs. Durant les mariages était offert généralement du sorbet aux dattes. Le lait était la boisson la plus courante du Prophète (saw). Il lui arrivait de boire du lait en le mélangeant à de l’eau froide. Ainsi, s’il était en possession d’eau froide, il refroidissait le lait par de l’eau froide durant les jours de grandes chaleurs. Il faisait attention à ne boire que de l’eau de bonne qualité et si cela lui était possible, il évitait de boire n’importe quelle eau dont la source lui était inconnue. Aisha (r.anha) indique que « l’eau du Prophète était apportée de la source Buyut Suqya située à deux jours de marche de Médine ».

Le Prophète (saw) prenait aussi soin que l’eau soit reposée, qu’elle est passée une nuit à attendre, avant de la boire. Les sources font mention d’« une eau qui a attendu, qui s’est reposée dans une cruche ».

Il buvait l’eau gorgée par gorgée et calmement. Il buvait généralement en trois fois, en s’arrêtant à deux reprises pour respirer.  Il a de plus indiqué l’importance de cela du point de vue de la santé en disant : « Boire l’eau doucement aide à la digestion, coupe la soif plus rapidement et est meilleure pour la santé ».

Ibn Abbas (ra) rapporte que  le Messager de Dieu (saw) avait interdit de retrousser le goulot des outres pour y boire en mettant la bouche ou de boire au goulot directement en retournant complètement  l’outre. Un jour alors que le Prophète nous avait déjà mis en garde, un pauvre homme s’est levé la nuit puis à retourner sa cruche pour en boire directement et qu’en est-il sorti ? Un serpent !

 

Commentaires

 
Aucun message. Cliquez pour ajouter un commentaire

Suivez ledernierprophete.info