Dossiers
Ramadan et Fêtes
 

Une journée de Ramadan avec Muhammad (saw)

« Allah n’a nul besoin que s’abstienne de manger et de boire celui qui n’est pas en mesure d’abandonner le mensonge dans ses propos comme dans ses actes »

Comment devrais-je passer ce mois de Ramadan ?

Assurément, à peine l’enthousiasme du Ramadan approchant se fait ressentir, cette question titille l’esprit de la plupart d’entre nous. Avant même d’accueillir le mois de Ramadan, nous avons, encore une fois, assisté à travers la presse aux débats sur des sujets variés qui vont du questionnement sur les comportements à adopter pour éviter une prise de poids pendant le mois de Ramadan jusqu’à celui des conditions permettant de se baigner à la mer sans rompre son jeûne. Mais au-delà de tout cela, que faut-il faire pour pénétrer dans la véritable atmosphère spirituelle du jeûne ? Comment vivre une journée de jeûne ?

Le Prof. Dr. İbrahim Hatiboğlu, doyen de la faculté de théologie de l’Université Onsekiz Mart de Çanakkale, que nous avons questionné à ce sujet a rappelé qu’à notre époque le sens du jeûne en était réduit à la seule dimension de l’abstention de boire et de manger. Or, souligne-t-il, cela ne représente en réalité que la dimension apparente de la pratique du jeûne et que pour saisir le sens véritable du Ramadan le modèle à suivre par excellence est le Prophète (saw).

Muhammad (saw), notre modèle à suivre par excellence

Le Prof. Dr. İbrahim Hatiboğlu ajouta également « À chaque étape de notre vie et dans chaque domaine de notre existence, le Prophète Bien-Aimé (saw) est pour nous, voire pour le reste de l’humanité, le modèle fondamental et incontournable. Il l’est également dans les journées et veillées spirituelles du Ramadan. Car le Prophète (saw) est la raison d’être de nous autres les croyants. Nous devons considérer Ses prières nocturnes pendant Ramadan, Ses longues invocations, Son silence et Ses méditations, Sa lecture du Coran, Sa retraite spirituelle (i’tikâf), Sa ‘Omra, Ses aumônes plus généreuses, etc., comme la fondation d’un moyen destiné à sceller pour l’éternité Sa relation avec Son Seigneur. »

« La différence entre notre jeûne et celui des Gens du Livre (Juifs et Chrétiens) est le repas de sahûr (repas de l’aube) »

Une journée de Ramadan du Prophète (saw)

Nous avons donc, à partir de là, tenté de décrire dans ses grandes lignes la manière dont le Prophète (saw) passait une journée de Ramadan depuis le repas du sahûr jusqu’à la prière du tarawih.

Sahûr

Le Prophète (saw) commençait toujours une journée de Ramadan en prenant le repas du sahûr. Concernant la vertu et la bénédiction relative à la prise du repas du sahûr le Prophète (saw), déclarant dans un hadith : « La différence entre notre jeûne et celui des Gens du Livre (Juifs et Chrétiens) est le repas de sahûr (repas de l’aube) » insiste sur le fait que la prise de ce repas constitue un signe distinctif pour les Musulmans vis-à-vis des fidèles des autres religions. Nous apprenons aussi à travers divers hadiths que le Prophète (saw) conviait de temps à autres des personnes lors du repas du sahûr. Une autre pratique importante du Prophète (saw) relative au repas du sahûr est le fait qu’il retardait ce repas et recommandait d’en faire de même.

L’intention

Une des pratiques à laquelle le Prophète (saw) ne dérogeait jamais consistait dans le fait qu’il formulait son intention de jeûner. Il déclara qu’aucun jeûne accompli sans avoir été précédé d’une intention ne saurait être accepté comme un jeûne. En outre, il est précisé que le fait de se lever pour le repas du sahûr constitue une intention de jeûner…

Entre l’Imsak et l’Iftar

Les sources nous indiquent que le Prophète (saw) ne se dispensait pas de ses tâches quotidiennes et de ses pratiques religieuses pendant les jours qu’Il jeûnait. Cependant, nous apprenons à partir du hadith qui suit qu’Il mettait les croyants en garde plus particulièrement lors des jours de Ramadan contre certaines habitudes telles que la médisance et le mensonge : « Allah n’a nul besoin que s’abstienne de manger et de boire celui qui n’est pas en mesure d’abandonner le mensonge dans ses propos comme dans ses actes ».

Seigneur, c’est pour Ton agrément que j’ai jeûné, c’est avec ta subsistance que j’ai rompu mon jeûne, accepte (mon jeûne). Tu es Celui qui entend et accepte nos prières.

Parmi les choses pour lesquelles le Prophète (saw) manifestait le plus grand soin pendant la période qui sépare l’imsak (début du jeûne) et l’iftar (rupture du jeûne) il faut compter l’hygiène corporelle… Les hadiths nous rapportent qu’Il utilisait le siwak pour son hygiène buccale et dentaire et, par ailleurs, se versait de l’eau sur la tête pour se rafraichir lors des mois de Ramadan qui coïncidaient avec les chaudes journées estivales.

L’Iftar

Autant le Prophète (saw) prenait un grand soin à retarder le repas du sahûr autant il s’empressait pour la rupture du jeûne, le rompant avant d’effectuer la prière du soir. Par ailleurs, il est admis qu’Il rompait son jeûne avec un aliment sucré, plus particulièrement avec une datte. Lorsqu’il n’en trouvait pas, il se contentait de le rompre avec de l’eau et recommandait d’en faire de même.

Lorsqu’Il rompait son jeûne, le Prophète (saw) prononçait l’invocation suivante : « Seigneur, c’est pour Ton agrément que j’ai jeûné, c’est avec ta subsistance que j’ai rompu mon jeûne, accepte (mon jeûne). Tu es Celui qui entend et accepte nos prières »

La prière du tarawih

Le Prophète (saw) passait Ses soirs du Ramadan particulièrement en accomplissant la prière du tarawih et encouragea également Ses Compagnons à accomplir cette prière. Il la priait parfois en groupe et parfois seul. Le fait qu’Il n’effectua pas régulièrement la prière du tarawih en groupe est interprété comme un refus que l’accomplissement de cette prière soit perçu par les fidèles comme une obligation canonique car il considérait que cela constituait une charge pour Sa communauté.

Naturellement, les pratiques du Prophète (saw) relatives à la période du Ramadan ne se limitent pas à ce qui vient d’être dit. Il mettait aussi personnellement en application et recommandait d’autres pratiques telles que la retraite spirituelle (‘itikâf) et l’aumône purificatrice (fitra). Quant à ces sujets, nous consacrerons, à partir des avis de spécialistes, des publications plus détaillées dans les prochains jours.

Ce texte a été rédigé par le site portail ledernierprophete.info

 

Commentaires

 
Aucun message. Cliquez pour ajouter un commentaire

Suivez ledernierprophete.info